jeudi 26 février 2015

Pas trop trop sympa

Parfois certains carnistes s'adressent aux végétarien-ne-s/ vegans ainsi:
 Et du coup:

Ce qu'il faut comprendre comme signifiant:




12 commentaires:

Trapipo a dit…

Elle est bonne la rousse !

Anonyme a dit…

Je vais me faire enterrer, mais la remise en question dont tu parles nécessite de partager le même point de vue et d'avoir la même perception de l'éthique. Or ces deux choses varient énorément selon les individus (culture, éducation, etc).
Un vegan qui ne comprend pas pourquoi un carniste ne se rend pas compte que c'est mal d'exploiter les animaux se heurte au même mur qu'un "catho carré" qui ne comprend pas pourquoi telle ou telle personne ne se rend pas compte que c'est mal de coucher avant le mariage, de divorcer ou d'utiliser un contraceptif.
D'où le dialogue de sourds.

veggie poulette a dit…

La plupart d'entre nous naissons spécistes. Certains, comme je l'étais avant (faut absolument que je fasse un dessin là-dessus d'ailleurs) sont même plein de préjugées sur la cause animale, les végétariens etc.
Sauf que.
Ah un moment donné soit tu t'y intéresse et tu es sympa avec ton interlocuteur (ça ne vaut d'ailleurs pas que pour le véganisme), soit tu rabaisses d'entrée de jeux la cause évoqué et dans ces cas là le ton est donné: tu montres une défiance voir une agressivité qui n'engage pas à être sympa en retour.

Nico a dit…

Oui ça se distingue bien l'écart entre ceux qui ont vraiment la place au doute et à la curiosité, et ceux qui veulent juste booster leur égo à avoir un guignol qui les suce bien pour que ceux-là puissent faire semblant de leur donner un peu d'attention.

Du coup avec moi, tout dépend comment la question est posée. pour "toujours souriant et tendre l'autre joue", c'est à côté. Et oui, c'est loin de valoir uniquement pour le véganisme.

Et non, j'ai pas de vidéos japonaises pour ce dessin.

Spécialiste de l'éphémère a dit…

La dame rousse n'est pas une espèce en danger de disparition!

veggie poulette a dit…

@Nico: Merci au Japon de nous avoir épargné ça
@Spécialiste: C'est même en recrudescence!

Anonyme a dit…

Certes, comme dit et redit, c'est loin de valoir uniquement pour le veganisme. Sauf que ce dernier touche à l'alimentation et donc à l'intime, ce qui fait que les gens sont de suite bien moins réceptifs. Autant essuyer des critiques sur sa musique ou son auteur favorit(e) n'est pas la fin du monde (ça fait un peu "mal", mais c'est facile à relativiser) autant se faire attaquer sur ce qu'on mange nous place de manière insconsciente directement sur le registre agressif. Et ce des deux côtés... Et il fait aussi prendre en compte qu'on sera toujours confronté à des gens plus ou moins ouverts sur certaines choses (personnellement, je suis quasiment hermétique à l'opéra, au rap et au rococo et on peut s'accrocher pour essayer de me convaincre que "c'est trop bien") et que plus ça touche à l'intime et plus ce type de personnes seront nombreux. D'où le côté chatouilleux de la religion, de l'alimentation et de la sexualité.

Parce que, désolée, mais quand je lis les commentaires de Nico (je viens de découvrir le blog, donc je n'ai pas tout lu: je ne peux parler que du ressenti induit par quelques commentaires...) je ressens une certaine agressivité qui ne doit pas mettre à l'aise les interlocuteurs carnistes. En tout cas, personnellement, si je mangeais de la viande et que j'étais confrontée à ce genre de ressenti, j'aurais bien du mal à ne pas me fermer hermétiquement et à faire preuve de mauvaise foi, juste pour pouvoir lui taper sur le système autant qu'il tape sur le mien.
La phrase "ceux qui veulent juste booster leur égo à avoir un guignol qui les suce bien pour que ceux-là puissent faire semblant de leur donner un peu d'attention." peut s'appliquer des deux côtés: non seulement pour le carniste qui se dit "hu hu je suis trop gentil de daigner m'intéresser à ce bouffeur de graines" mais aussi pour le vegan qui va se placer d’emblée dans une approche de persuasion.

Anonyme a dit…

Après, tous les gens sont différents, mais personnellement mes choix alimentaires (bien que je ne sois "que" végétarienne) ont eu plus d'impact sur mes camarades de promotions (même ceux qui se sont marrés en "m'imaginant avec un bec" quand à la question "c'est quoi ça dans ta salade" j'ai répondu "des graines de tournesol") que un autre camarade vegan qui aggressaient systématiquement les gens. Même en soirée, ceux qui n'étaient pas au courant et qui me proposaient des amuses-bouche carnistes n'insistaient pas en comprenaient très bien le "non merci je suis végétarienne" alors qu'ils se mettaient à parler de cri de la carotte et de lion et de gazelle à l'autre personne. Au fêtes de promo (on était une vingtaine, donc très peu nombreux), les plats sont devenus de plus en plus végétariens (parce qu'en plus ils trouvaient ça bons) malgré un ou deux saucissons "juste pour le faire chier l'autre con".

(exemple qu'on peut assimiler à une discussion carniste/vagan: en tant qu'asexuelle, quand on vient me chatouiller trop longtemps avec des "nan mais en fait t'es qu'une grosse coincée trop exigeante qui sait pas ce qu'elle rate", ça me donne juste envie de les traiter tous de salopes (hommes comme femmes, parce que fait pas faire de discrimination ;p) et de vanter les mérites du puritanisme du XIXe siècle, juste pour les provoquer. Et parce qu'au moins à cette époque on ne serait pas moqué de moi avec une insistance proche du harcèlement juste parce que je n'en étais pas à mon 20e coup d'un soir avant mes 18 ans comme les autres)

Donc voilà, tout ce pavé pour dire que l'agressivité est souvent des deux côté et que l'on en s'en rend même pas compte. Parce que le "Du coup avec moi, tout dépend comment la question est posée. pour "toujours souriant et tendre l'autre joue", c'est à côté." vaut également pour la personne en face, donc si on a une approche qui se veut "sensibilisation au régime végétarien", il faut faire gaffe à ne pas avoir un comportement qui ne fera que flatter l'esprit de contradiction de la partie adverse. Mais sans pour autant jouer à la lavette, je suis bien d'accord...

veggie poulette a dit…

Sauf que d'un côté les gens voient "un choix alimentaire" et de l'agressivité, et de l'autre il y a des millions d'animaux qui souffrent et meurent. Souvent les vegans paraissent agressifs simplement parce qu'ils expliquent que les animaux souffrent. Les gens se sentent accusés parce qu'ils se sentent mal à l'aise vis à vis de ce discours qui pourtant n'est souvent composé que de faits.
De plus, beaucoup de végétariens ont un discours plus "raisonné" et qui plaît d'avantage donc il y a moins de tensions parce le végétarisme n’exclue pas tous les produits animaux. Le végétarisme est de plus en plus admis car il correspond aux nouvelles préoccupations de notre société en matière d'écologie et de santé. Le veganisme au contraire paraît extrémiste et fait peur.
Par ailleurs, il est souvent plus difficile de convaincre un-e végétarien-ne de devenir vegan qu'un omni de s'intéresser à la cause animale. Parce que les carnistes étant souvent juste dans un déni ou une ignorance, ils sont parfois plus ouverts alors que les végétarien-ne-s se disent souvent que c'est bon, ils font quelque chose pour les animaux, ça y est on peut leur foutre la paix.
Enfin je ne comprends pas la comparaison avec la musique. Ce n'est même pas une "cause", c'est vraiment juste une question de goût (ce que n'est pas le veganisme).

Anonyme a dit…

Je ne compare absolument pas la musique avec le véganisme. Je dis seulement que nous avons tous des sujets sur lesquels nous sommes plus hermétiques que sur d'autres, et j'ai donné certains des miens. Je suis beaucoup plus ouverte sur le veganisme que sur le chant lyrique, et je n'exclue pas de le devenir un jour (même si je ne m'en vante pas, avoir supprimé la viande (poisson compris) a considérablement affaibli mon système immunitaire, donc j'y vais progressivement), mais pour la majorité des gens, c'est plutôt l'inverse.
Mais je dois avouer mon ignorance crasse sur le fait de savoir qui, de l'omnivore ou du végétarien, est le plus facile à convaincre, ne serait-ce que parce que je ne me suis jamais placée dans une position "personne voulant convaincre l'autre". Je défends tellement mal mes points de vue (la rhétorique est un art) que je ne peux que persuader la personne en face de moi que ce que je suis en train de raconter c'est de la merde, et je ne peux qu'avoir le plus grand respect pour ceux qui arrive à défendre leurs convictions avec justesse. Mais si je devais mettre en avant un côté "j'en fais assez pour l'environnement, donc fais pas chier", ça serait plutôt mon refus d'avoir une voiture ou d'avoir des enfants ou bien d'attendre que mon matériel électronique soit complètement mort avant de le remplacer, pas de dire "je mange plus de gentils nanimaux alors voilà quoi ça suffit comme ça". J'agis en fonction de ce que je pense être normal ou non, avec toute la marge d'erreur que cela implique, pas en fonction de ce que l'écolo du dimanche peut penser.
Après je doute fortement que la plupart des gens se sentent mal à l'aise par rapport aux discours sur la souffrance animale. Ils n'en ont juste rien à faire. Ce qui les heurtent davantage c'est le côté "de mon point de vue tu es un monstre" alors qu'eux trouvent normal d'exploiter les animaux et trouvent le raisonnement qu'on a complètement idiot: pour eux, parler de la souffrance d'un animal équivaut à parler de la souffrance d'une plante verte (d'où le parallèle fatiguant avec le cri de la carotte). C'est triste mais c'est comme ça.

veggie poulette a dit…

Pour une personne qui dit mal défendre ses points de vue, tu sembles être une habituée des pavés...
Il est vrai cependant que généralement, hors table d'info, je ne cherche pas à convaincre. Sauf que quand un omni vient me voir en me disant "Tu as tord, parce qu'on a des canines, et le lion mange la gazelle, c'est le cercle de la vie" c'est comme si on déclenchait le bouton "ON" de mon argumentation et je peux argumenter des heures même quand j'ai totalement conscience que la personne n'en a rien a foutre. Pourquoi? Parce qu'avant j'étais une personne qui n'en avait rien à foutre, moi aussi. Ça sera l'objet de mon prochain dessin d'ailleurs (spoil).

Ryan a dit…

Slt et merci à toi pour ce super blog :-)
Je cherche quelqu'un pour me faire des dessins pour un clip engagé, si tu es intéressée voici mon mail : vrp@vrpsound.com

Ryan