lundi 21 juillet 2014

Homophobie à la ZAD





Pour ceux qui ignorent encore ce qu'est la ZAD, allez faire un tour du côté de mes autres dessins libellés "ZAD" pour les explications et des liens.

Chaque lieu-dit ou parcelle occupé porte un nom, qui correspond soit au nom du lieu-dit, soit pas (comme les "100 noms" qui sinon est un ensemble de cabanes avec un très beau potager mais aussi -sans commentaire- un clapier...). Un monsieur nous a présenté la jolie roulotte à l'ancienne comme le lieu d'une future cuisine "à tendance" végétarienne/végétalienne. J'ai failli lui demander si elle allait être itinérante à traction animale et si les lapins allaient être invités aux repas. J'ai pas osé, j'aurai peut-être dû.

Je précise également que mes histoires sont souvent un peu romancées mais celle-là est tristement authentique.
Et sinon, un pisse-debout, c'est ça.

18 commentaires:

Anonyme a dit…

Bah il est vrai qu'il y a une certaine mode parmis les adolescents à être lesbiennes, je connais plusieurs ados qui ont eu leur période lesbienne.

Anonyme a dit…

Une mode ?!!!! C'est complètement con de dire ça !

Tu vois pas le lien entre la tranche d'âge dont tu parles et le fait de découvrir sa sexualité ?

Anonyme a dit…

Je me rappelle pas avoir eu une période gay dans mon adolescence pour découvrir ma sexualité...
Non, il y a vraiment une certaine mode à être lesbienne parmis les ados (d'ailleurs les mecs ne le font pas ce qui prouve bien que c'est bien une mode). Parle avec des ados et tu verras.

melvp a dit…

Une mode on aura tout entendu u_u...
Si les hommes ne le font actuellement on ne peut pas dire qu'ils ne l'ont jamais fait. C'était même la base de certaines cultures. Maintenant avec le quand dira-t-on ses messieurs préfèrent ne rien faire. Ceci dit beaucoup découvrent leur sexe avant de découvrir le sexe opposé c'est bien plus facile. C'est ce que j'ai fait et je suis loin d'être la seule. Je connais même beaucoup de mec qui ont fait la même chose et qui sont loin d'être gay au final.
C'est assez désespérant que des gens qui luttent pour des valeurs comme celles de la ZAD et tout ce qui y est lié aient cette approche là de l'homosexualité.
Pour le pisse debout j'en ai entendu parlé y a quelque temps, je n'en ai jamais utilisé mais ça me semble bien pratique alors qui sait ;).

Homme Poulpe a dit…

Mouais parlé de mode du lesbianisme c'est un peu rabaisser une orientation sexuelle !! Effectivement c'est au moment de l'adolescence qu'on ce pose des questions et moi même j'ai pu avoir une période gay (lors de l'adolescence, une coïncidence je ne pense pas !?), et c’était loin d’être une mode !

veggie poulette a dit…

Si dans certains milieux (assez rares) il est plus toléré voir accepté que les filles soient lesbiennes ou bi (parce que les garçons, ils peuvent toujours courir pour que ça soit accepté...), n'oublions pas que partout ailleurs c'est toujours aussi mal vu et ça demande du courage d'avouer son orientation sexuelle. C'est même une cause de suicide chez les adolescent-e-s. Alors, par égard pour eux/elles, arrêtez de parler de mode.

Anonyme a dit…

Tester tous dans la vie si vous en avez envie... L'homosexualité dans l'adolescence ça concerne 40pourcent des gens et sans doute Bcp plus. Mais bon c une période où l'on ce cherche..je sais Bcp de gens n'aime plus ce mot mais c"normal" perso j'ai testé avec des femmes adopté mais ct pas mon truc bref je suis homo point barre.

Anonyme a dit…

mais si quand même, j'ai fait mon coming-out pendant le mariage pour tous parce que c'était "à la mode", mais bien sûr. et mon histoire amoureuse n'est qu'une passade, un test et la conformité à une nouvelle mode. on en entend des conneries, même à la ZAD !
merci pour ce témoignage, ça fait réagir.

Anonyme a dit…

melvp: Justement comme tu dis, auparavant il y a eu la mode d'être homosexuel, dans la Grece antique par exemple. Beaucoup de gens se disaient homosexuels alors qu'en realité il devait toujours y en avoir le même pourcentage qu'aujourd'hui. C'est pareil chez les ados aujourd'hui, faire la lesbienne est une mode. Comme il y a une certaine mode d'être végétarienne quand on est ados (ca aussi j'en connais plusieurs qui l'ont fait...) Bref je ne vois pas ce qu'il y a de choquant de dire qu'il y a une mode de faire la lesbienne chez les jeunes.
Et je suis moi même végan et féministe.

Anonyme a dit…

Et je ne dis pas que toutes les "lesbiennes" le sont par effet de mode, je dis simplement que certaines filles le sont, c'est tout. (par rapport au commentaire de 14h44)

Anonyme a dit…

Je pense voir où anonyme veut venir, durant mon adolescence j'ai connu une jeune fille lesbienne qui avait un peu du mal à s'assumer (normal avec les réflexion qu'elle entendait à longueur de journée) du coup tous les garçons la draguaient (voir la harcelaient) elle le vivait mal, et du jour au lendemain les 3 autres filles qui étaient avec nous se sont dit lesbienne ou bi histoire de se faire aussi draguer par les garçons... donc si c'était à ce genre de personnes qu'il(ou elle) faisait allusion et pas au gens réellement gay ou qui se cherchent?

veggie poulette a dit…

vu tout le discours (j'ai mis des morceaux choisi mais la conversation a été -un peu- plus longue) je pense que c'était un gars homophobe et antiféministe (les 2 gars d'ailleurs)

cmP a dit…

Bonsoir tout le monde. C'est effectivement une histoire plutôt attristante.
Il y a une différence entre dire que c'est la mode d'être lesbienne/d'avoir une "période lesbienne" et dire que chez les adolescentes, il y aurait une mode à se "prétendre" lesbiennes. Il n'est pas rare que des ados prétendent, à un moment, être ce qu'ils ou elles ne sont pas, ça n'a aucun rapport avec une soi-disant mode "d'être" lesbienne. D'autre part, les jeunes adolescentes qui ont une relation amoureuse avec une autre fille (et qui n'en auront plus ensuite) n'essaient pas nécessairement de tester leur sexualité. Il peut s'agir aussi de lesbiennes, qui préféreront par la suite faire l'impasse sur leur réelle identité, ou il se peut qu'elles aient une attirance pour une fille particulière et que cela ne se reproduise pas ensuite. Ce sont des choses qui arrivent même chez les adultes.

Et qu'est-ce qui permet de dire que dans l'antiquité, il y avait une mode homosexuelle "alors qu'en réalité il devait toujours y en avoir le même pourcentage qu'aujourd'hui." Pourquoi le pourcentage d'homosexuel-les devraient être le même d'une époque à l'autre. Dans une société qui considérerait que l'homosexualité est normale, il y aurait probablement plus de gays et de lesbiennes que dans une société qui la réprime ou la tolère juste. La référence, le modèle homo étant absent, non seulement il peut être jugé plus facile de réprimer son homosexualité, mais il peut être assez facile de l'ignorer complètement.

Anonyme a dit…

quand j avais 14 ans j 'étais attiré par une fille de ma classe au collège mais tout le monde disait qu'elle était gousse malgré qu'elle n était jamais vue avec une fille a jouer a touche-minou ou se faire des bécots,jamais non plus en compagnie d'un garçon d ailleurs...facilité des on-dit,préjugés qui l ont menée à devoir s'exclure et donc de vivre une adolescence difficile....je l ai revu 10 ou 12 ans plus tard dans un bus municipal et suis parti lui faire la causette car toujours aussi belle et tranquille...on a discutés de tout ça et aussi bien rigolé des esprits d adolescents méchants et moqueurs!...Elle souffre de schizophrénie en fait et pour elle impossible d envisager une liaison stable...aucuns rapports avec filles ou garcons,voila son avenir...Aujourd’hui elle bascule entre du temps à l'HP et son petit appartement avec si peu de fenêtres dans un boulevard bruyant... et toujours aussi belle et maintenant triste pourtant...je suis un peu hors sujet mais je voulais raconter ça..............

Jeanne-A Debats a dit…

ce qui est effectivement de "l'ordre de la mode" , c'est la revendication assumée et publique chez les filles qui sont de fait moins exposées que leurs copains mâles à des exactions homophobes (mais pas les exactions sexistes, elles peuvent aussi bien être violée que leurs copines straight),revendication publique nouvelle, de groupe quasiment, sans doute née des affres récents du mariages pour tous. Oui ce combat a autorisé les jeunes filles à sortir du placard, même pendant qu'elles se cherchent.
Mais de toute évidence entre la "mode du coming out" et celle du lesbianisme, il y a un énorme pas que certains gros cons n'hésitent pas à franchir sans ciller.

Anonyme a dit…

Juste pour alimenter un peu le debat, j'ai pas mal de lesbiennes dans ma famille et pour etre honnete c'est vrai que par moment j'ai ressenti comme un effet de mode, particulierement quand la série the L world est sortie. Ca m'a carrement derangé parce que selon moi ca va totalement à l'encontre d'une sexualité libre et non bridée. Quand la sexualité est influencée par des séries tv franchement c'est pas cool.

Grasyop a dit…

Hétéro ou homo, biologique ou culturel, influençable ou identité inflexible, le problème est surtout que certains prennent tout ça beaucoup trop au sérieux, surtout lorsqu’il ne s'agit pas de leur propre vie.

Anonyme a dit…

Pour les commentaires qui disent "je connais plusieurs ados qui ont eu leur période lesbienne." et "il y a vraiment une certaine mode à être lesbienne parmi les ados" Je répondrais qu'à l'adolescence on se cherche c'est normal...si c'est une mode c'est une mode sacrément ancienne. Je ne rajouterait point "connards" à la fin de ma phrase.