dimanche 30 mars 2014

Fromage addict?


 


En effet, beaucoup de fromages contiennent de la présure animale, c'est-à-dire un extrait du 4ème estomac d'un jeune ruminant (veau ou chevreau ).
Liste de fromages sans présure: ICI

En savoir plus sur la présure et les produits laitiers: ICI

Enfin, si vous voulez vraiment être sympa avec les veaux, parce que vous êtes vraiment quelqu'un de sympa et compatissant et tout et tout, vous pouvez aussi devenir vegan...

15 commentaires:

de Chair et de Lait a dit…

Encore un excellent dessin !
Et il y a plein d'autres raisons : par exemple, pour qu'on prenne son lait afin d'en faire du fromage, on sépare la vache de son veau. La vache est inséminée tous les ans. Le veau deviendra une vache à lait si c'est une femelle ou un veau de boucherie si c'est un mâle. La production de produits laitiers est donc indissociable de celle de viande. En France, la majorité des steaks sont issus de vaches de réforme, c'est-à-dire des vaches "en fin de carrière", plus assez productives, plus assez fertiles, au bout du rouleau quoi...
Et qui plus est, on n'a pas besoin de produits laitiers pour être en bonne santé !

Madhuri a dit…

Quand je lis ces histoires de présure, j'ai un peu l'impression d'une recherche de pureté personnelle, parce que les conséquences sur les veaux ne sont pas très différentes entre un fromage avec et sans présure. Dans un cas, il y a une partie de l'animal dedans, mais dans les deux cas, ça fait tourner une industrie qui exploite les vaches et tue les veaux. Je suppose que la présure n'est pas la raison principale pour laquelle on tue les veaux, donc même s'il n'y en avait dans aucun fromage, on rentabiliserait quand même les veaux en les envoyant à l'abattoir. Du coup, dans le fromage, je crois que le problème, c'est surtout le lait, qui est présent en des quantités autrement plus importantes qui plus est.

veggie poulette a dit…

Ben perso, 1° J'ai jamais aimé le fromage, 2° Je suis vegan. Mais sur le principe du végétarisme, qui est finalement plus complexe que le veganisme, parce que les végétariens ne mangent pas d'animaux morts mais mangent des produits issus de l'exploitation animale -et qui donc ont généralement pour conséquence la souffrance et mort de l'animal, comme le lait- la présure n'est pas végétarienne.
Après il y a beaucoup de végétariens qui refusent une grande partie de ces produits animaux et qui par exemple mangent les œufs de leur voisins parce que les poules ne sont pas maltraités ni mangées etc. Et d'autres qui s'en foutent et mangent les fromages avec ou sans présure... Il n'y a pas qu'une seule façon de voir le végétarisme. Disons que la présure c'est une souffrance supplémentaire.

LA RENARDE a dit…

Par rapport à l'hygiéne alimentaire je pense que le fromage et les laitages sont les pires des aliments . C'est vraiment très mauvais pour la santé à mon avis ....
Il existe des tas de peuples qui ne consomment pas de produits laitiers et ils ne s'en portent pas plus mal et peut être mieux .......
Je ne sais pas s'il existe des études scientifiques fiables sur ce sujet ......
A une époque de ma vie j'ai consommé des produits laitiers .... A partir du jour où j'ai arrété j'ai constaté une amélioration progressive très net de ma santé à tous points de vue ...... Bon , bien sûr un cas n'est pas suffisant pour faire une régle générale ......
Voila

Madhuri a dit…

Je ne te visais pas toi personnellement, Poulette, je sais que tu es vegan. Mais justement, si on mange du fromage, qui est à l'origine de souffrance animale, mais qu'on exclut celui qui contient de la présure, parce que c'est "pas végétarien", est-ce que ça ne revient pas à faire passer l'envie de coller à une définition, et donc d'être le "parfait végétarien" avant l'utilité réelle ? Effectivement, c'est assez complexe de définir ce qui rentre ou non dans le cadre du végétarisme, d'autant plus qu'au delà de la pratique elle-même, c'est le but visé qui compte. Et si le but est de ne pas contribuer à l'exploitation animale, il me semble un peu contradictoire de refuser la présure tout en consommant du lait. Après, je sais que beaucoup de végé font du mieux qu'ils peuvent et que ce n'est pas toujours facile de ne consommer aucun produit animal. Je ne dis pas que c'est mal de voir le végétarisme comme "ne manger aucune partie du corps d'un animal" et donc de refuser la présure, mais ça ne me semble pas très logique sur le principe, voilà tout =p

veggie poulette a dit…

Je crois à titre totalement personnel que c'est le végétarisme qui n'est pas logique, parce que même si on refuse la mort mais pas l'exploitation, la plupart des produits animaux entraînent la mort de l'animal, du coup effectivement on devrait arrêter le lait. Après ça peut être une étape intéressante, quand on est justement "fromage addict" (j'ai remarqué que c'était souvent ça la vrai barrière entre les végé et les vegans), de commencer par arrêter les fromages avec présure. Ça permet de limiter sa consommation.

Madhuri a dit…

Oui effectivement, c'est ce que je voulais dire, si le végétarisme varie autant d'une personne à l'autre, c'est parce qu'il est toujours incomplet tant que des produits animaux sont consommés. Du coup, quel que soit l'endroit où l'on pose la barrière, c'est toujours arbitraire et non logique (du point de vue du refus de l'exploitation du moins; il peut y avoir d'autres raisons de ne pas aller jusqu'au bout). Mais bon, être "seulement" végétarien ne sert pas à rien non plus, et n'est pas une position absurde pour autant (on connaît les raisons pour lesquelles il est plus difficile d'être vegan). On est déjà assez peu nombreux comme ça, on va pas en plus se critiquer entre nous xD

Anonyme a dit…

Je ne comprend pas le mal que fait la présure par rapport au laitage.

Certes, c'est de la "viande" de veau si je ne dis pas de connerie mais... Quel est la différence entre consommer un fromage avec présure et un fromage sans présure? Je parle de la différence pour l'animale. Pour moi, consommer du simple laitage revient à faire souffrir la vache + son veau, mais si on ajoute la présure, on fait toujours souffrir la vache et son veau non? Désolé je ne sais pas si je suis très clair.

veggie poulette a dit…

A vrai dire, oui tu as raison. Sauf que dans un concept welfariste, on peut imaginer une vache dont on prendrait le lait sans envoyer le veau à l'abattoir etc. Mais si on laisse la présure ça ne fonctionne pas.
Alors bien sûr de toutes façon dans la réalité ça ne se passe pas comme ça. Mais disons que tout ça c'est le problème du végétarisme versus véganisme, et du coup j'aurais du mal à défendre un point de vue végétaRien. Des végétariens pour commenter?

Anonyme a dit…

Ah merci de ta réponse :)
Je suis végétarienne, mais je tends de + en + au végétalisme. Car quand j'ai commencé à devenir végé, c'était dans le but de faire souffrir le moins possible d'animaux, or, je ne vois pas l'intérêt d'arrêter de bouffer des steaks si à coté, on se nourrit comme un veau.

Nina a dit…

Dommage de faire du welfarisme.. J adore tes dessins/articles mais j avoue que la je suis decue..

veggie poulette a dit…

Bon allez, j'avoue tout: ce dessin est un prétexte pour que les gens aillent voir le lien que je met en dessous et regarde la vidéo avec le veau qui se fait emmener et sa maman qui le poursuit.

Thalings Pony a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Ash a dit…

Déjà je commente jamais donc j'en profite pour dire que j'adore ton blog !

Je précise que je suis vegan mais je voudrais revenir sur la question de la " pureté personnelle ".

La réponse donnée par Poulette sur le welfarisme me semble tout à fait juste.

Et j'ajouterais que la pureté personnelle est toujours pointée du doigt comme un travers des végéta*iens, alors que même si on est végéta*iens pour les animaux et pas pour nous, ça me paraît pas contradictoire d'en plus être encore plus révolté/dégoûté par le fait d'ingérer des bout d'animal(ce qu'est la présure).
C'est d'ailleurs une des nombreuses raisons à mon avis pour lesquelles des abolitionnistes passent d'abord par le végétarisme, en éliminant le plus évidemment inacceptable à première vue (ce qui nécessite dans tous les cas la mort de l'animal) et le plus dégoûtant pour soi (ce qui est un bout d'animal).
Bien sûr que c'est quelque chose qu'on fait pour les animaux, mais on est impliqués, ça nous concerne, vu que ça a trait à notre corps (enfin toute la partie alimentaire, qui est sûrement la plus affectivement chargée).
ça me choque pas qu'on se préoccupe de ce qu'on met dans son corps au-delà de l'éthique. ça me paraît même classique comme réaction de se préoccuper en priorité de ce qui nous concerne le plus directement.

Anonyme a dit…

Sociologiquement parlant les végétariens ne forment pas vraiment une unité cohérente mais bien plutôt une nébuleuse, certains ne mangent pas d’œufs de poissons tandis que d'autres le font, d'autres limitent le fromage tandis que certains en consomment beaucoup et quotidiennement, certains arrêtent les œufs et pas le fromage ni le miel, et je m'abstiens d'évoquer les pesco-végétariens (quel mot affreux !!!)... Je reconnais bien volontiers que le veganisme est bien plus cohérent et unifié que le végétarisme, et que sur le fonds ce sont les vegans qui ont raison... C'est un végétarien qui le dit !!!
D'autre part c'est vrai que la consommation de fromage est la vraie barrière entre végétariens et vegans, et s'il est assez facile d'arrêter la viande (surtout quant on n'aime pas spécialement ça) et le poisson, l'arrêt de la consommation de fromage et de laitages est une toute autre affaire...